C’est lors d’un début de soirée particulièrement animé devant notre QG que ma deuxième mission au sein de la Compagnie débuta.
On était tous entrain de discutailler, j’en profitai pour faire de plus ample connaissance avec les membres, quand surgit de nulle part une sorcière…

A son arrivée, bien que mes yeux ne purent se détacher de ses formes plutôt généreuses, mes sens eux étaient en alertes.
Seul son nez crochu trahissait sa beauté.
J’avais cette désagréable sensation de vouloir rester là, à la contempler et celle de prendre mes jambes à mon cou le plus vite possible.
Ce n’est pas que j’ai peur des sorcières mais je préfère ne jamais avoir affaire avec elles voyez-vous !

Il y eu un bref échange de mots entre elle et Tahroy puis elle disparut ! Et aussitôt le malaise que je ressentais fut dissipé.

Tahroy vint vers nous et nous expliqua en quoi consistait sa venue : elle était à la recherche d’un chaudron et c’est nous qui allions nous y coller. Il n’avait pas besoin de m’en dire plus, mettant mon malaise des sorcières de coté je me porta volontaire pour le suivre et ainsi faire mes premières preuves en mission !

Aluchtal et Maylis furent de l’expédition eux aussi et nous partîmes en direction de la Taverne d’Amakna.
C’était là qu’on était censé trouver une personne qui en savait plus long sur ce fameux chaudron.

Nous arrivâmes devant la Taverne d’Amakna. A peine sur le seuil de la porte on pouvait déjà distinguer les rires et chants émanant de l’intérieur. Une taverne tous ce qu’il y a de plus banal.
Tahroy fut le premier à entrer, un fois dans le hall de la taverne il ouvrit une porte donnant sur une pièce à notre droite.

C’était une pièce un peu plus petite et moins animée, nous n’allions pas avoir trop de mal à trouver notre homme.
Comme ci ce dernier avait entendu nos pensées, ne voilà pas qu’un Crâ de corpulence moyenne aux traits fatigués et complètement ivre parle seul d’une sorcière et de quelque chose d’irréalisable.
On se regardât tous en souriant et nous nous approchâmes de l’homme en question.

L’homme, que je vais appeler le Crâ, était tellement ivre que son haleine me donnait le tournis !

Heureusement, Tahroy s’armât de patience et engagea le dialogue avec le crâ qui, après d’interminables minutes de paroles répétitives, nous livra tous ses secrets.

Le Crâ en question voulait devenir un Iop (quel drôle d’idée me direz-vous) pour cela la sorcière l’avait lui aussi chargé de retrouver le chaudron qui était, apparemment d’or, et il avait un parchemin magique qui permettait de le trouver.
Il nous indiqua qu’il connaissait le lieu où se trouvait le chaudron magique et qu’il était impératif qu’il nous accompagne.
Ce lieu n’était autre que le fin fond d’un grotte perdue dans le camp des Gobelins…..

A mon grand regret et celui d’Aluchtal, qui se crispait de plus en plus, l’homme se joignit à nous.
Il aurait été bien plus facile de lui donner un bon coup sur la tête et lui dérober son parchemin que de laisser se ballader un homme ivre en plein territoire Bworks et Gobelins.

Après avoir aidé l’homme à se lever de son tabouret, Tahroy me chargea de faire en sorte que le Crâ se tienne tranquille….
Plus facile à dire qu’à faire car à peine sorti de la taverne l’homme courra en direction de la Grande Porte du camp Gobelin. 
Heureusement pour moi, étant ivre, il zizaguait tellement que je n’avais pas trop de mal à le suivre.

Nous nous retrouvâmes tous devant cette Grande porte.

Il n’a fallut que deux secondes d’inattention pour que le Crâ, ouvre la porte en hurlant et s’engouffre dans le camp des gobelins. On le suivit tous à la hâte sans avoir prévu de plan.

Le Crâ était un véritable calvaire, il tirait des flèches sur tous les Gobelins et Bworks qu’il voyait ce qui provoqua quelques représailles…
Heureusement Aluchtal les réduisit vite au silence et je pus rattraper le Crâ pour le tenir de force à coté de moi tout en lui confisquant son arc.

C’est ainsi qu’après une longue marche éprouvante en territoire hostile on arriva à la fameuse grotte cachant le chaudron magique.

La grotte n’inspirait pas du tout confiance mais il ne nous fallut qu’un seul regard pour tous se comprendre et préférer une grotte obscure qu’un type ivre qui décoche des flèches sur tout se qui bouge.

Une fois rentré dans la grotte, on n’y voyait pas à plus d’un pas de piou ! Voyant Tarhoy sortir une torche de son sac je fit de même, il pris la tête du groupe et moi l’arrière.

La grotte était lugubre, l’odeur de moisissure y était forte. On suivait prudemment Tahroy et le Crâ tout en ayant nos sens en alerte.
Au bout de plusieurs minutes de marche, sans avoir rencontré d’obstacle, nous arrivâmes dans un cul de sac ! Plus moyen d’avancer plus loin.

C’est là que le Crâ sortit son parchemin magique. Il dit qu’il fallait prononcer la formule correctement sinon quelque chose de terrible pouvait se produire. Tahroy et moi-même approchâmes le Crâ avec nos torches pour qu’il puisse voir et lire correctement son parchemin magique.

Le Crâ commença à lire le parchemin à haute voix quand une bourrasque de vent vint éteindre nos torches et il prononça sûrement mal le dernier mot car avant même d’avoir pus battre des cils, un grand « BAOUUM » assourdissant ainsi qu’une déflagration réduisit le Crâ à l’état de poussière !!

On ralluma nos torches et on découvrit un tas de cendres à l’endroit où se tenait deux secondes plutôt le Crâ. On se regarda stupéfait et on compatis un tout petit peu pour se pauvre Crâ.

Mais maintenant que fallait-il faire ? Lire le parchemin et risquer de mourir ou rentrer bredouille ? En tout cas pas dans la Compagnie de Krisegis. Tahroy pris le parchemin et récita haut et fort l’incantation magique.

A ces mots quelque chose émit une vive lumière dorée.. Le CHAUDRON !! Il était là sous les gravats !
Par contre la grotte se mise à trembler de partout ! Il fallait se dépêcher à le récupérer avant qu’elle ne s’effondre sur nous.

Nous nous jetâmes tous sur le chaudron pour le retirer des décombres. Il brillait de mille feux, sa lumière dorée éclairant les parois de la grotte.Dans un ultime effort nous l’arrachâmes des débris et nous nous enfuîmes de cette grotte avant qu’elle ne scelle notre vie par la mort.
Je remarqua que dans la confusion générale c’est moi qui détenais le chaudron sous le bras.

Mais on était loin d’en avoir fini ! Car une fois sorti deux gros lourdaux nous attendaient pour nous réclamer « leur » chaudron.
Une réflexion bien salée de Maylis les piqua au vif et pour le grand bonheur de Aluchtal, ils nous sautèrent dessus !

Le combat fut intense mais de courte durée, la puissance et la force de Aluchtal et Tahroy eurent raisons de la folie des deux gros lourdaux.
La pauvre Maylis pris un sale coup sur la tête et tomba inconsciente .Après avoir pris soin d’elle et attendus qu’elle reprenne ses esprits nous regagnâmes notre QG. On avait que trop traîner ici.

Arrivé au QG, je senti mes poils se hérisser et je compris que la magicienne arrivait ! Pris de panique je lança le chaudron à Tahroy et pris mes distances avec celui-ci.
La sorcière apparut, toujours aussi envoûtante avec ses généreuses courbe, et discutât avec Tahroy et Maylis.

Etant loin d’eux je ne compris pas un traître mots de leur conversation mais au final cela ne me regardait pas.
Ce qui me choqua c’est d’avoir compris que le chaudron allait lui servir pour faire de la soupe ou bien une potion.
Elle tapota le chaudron et celui si devint terne, il perdît toute sa dorure et devint un chaudron on ne peut plus ordinaire.

Enfin au final chaudron magique doré ou chaudron normal tout gris cela n’était pas le plus important, c’est que j’avais accomplis une de mes premières missions au sein de la Compagnie de Krisegis et que tout c’était …. plus ou moins bien passé !

Compte-rendu rédigé par Wolf-Warlord.


0 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *