Accueil Forums Partie publique Bibliothèque Lettre pour Aluchtal

Ce sujet a 0 réponse, 1 participant et a été mis à jour par  Tahroy, il y a 6 mois.

  • Auteur
    Messages
  • #1283

    Tahroy
    Administrateur

    Assis à son habituel bureau, le disciple de Sacrieur observait le Pandawa allongé sur son lit. Dans la salle régnait un silence presque absolu, seuls les légers ronflement de son invité étaient audibles. Il resta ainsi de longues minutes, jusqu’à briser l’intemporalité présente.

    « Encore une… Encore… » Soupira Tahroy en prenant de quoi écrire, le regard presque vide.

    Quelques secondes d’hésitation, la plume frôlant le papier, il finit par écrire pour à son ami.

    « Aluchtal,

    Je te remercie pour ta présence en cette soirée, nous avons vécu une agréable aventure ensemble. Je pense que Zaelya et Waf sont sur la bonne voie afin de devenir plus tard de formidables aventurières. Ces deux femmes sont complémentaires, là où l’une est posée et réfléchie, l’autre agit et fait avancer les choses. Peut-être devrions-nous en faire un duo, comme le nôtre ?

    Mais je ne t’écris pas pour cela mon ami, j’aurais très bien pu te dire ces mots en face, autour d’une bonne bière à la taverne. Non, c’est un tout autre sujet qui me fait prendre la plume ce soir, quelque chose de plus grave et sombre. Quelque chose que j’espérais ne pas avoir à te dire, ni à t’écrire. C’est peut-être pour cette raison que je traîne…

    C’est dans la tristesse que je t’annonce le décès de ta première disciple, Ririyou. Bien qu’elle n’est pas été présente ces derniers mois, je sais que vous aviez passé de bons moments ensemble. Tu lui as enseigné les bases pour devenir une bonne aventurière, mais il semblerait qu’elle se soit confrontée à un ennemi bien trop fort pour elle.

    Celui qui nous a apporté cette information est un disciple de Pandawa, compagnon de voyage de Ririyou, qui était avec elle sur l’île d’Otomaï, en train de chasser les bandits qui sévissaient dans les environs. Malheureusement, leur duo ne put faire. Ririyou donna sa vie pour sauver celle de son ami, qui est actuellement en train de se faire soigner chez nous.

    Tu comprends bien sûr, je l’espère, que la mort d’un de nos compagnons m’affecte toujours autant. Je n’ai rien pu faire pour beaucoup d’entre eux, simplement les regarder mourir, disparaître, apprendre leur mort sans plus d’information… Cette fois-ci, cela ne se terminera pas ainsi.

    Rendons-nous sur l’île d’Otomaï. Toi, moi, tous les membres de la guilde disponibles. Vengeons Ririyou, mettons ces ordures sous les verrous ou six pieds sous terre. Nous pourrons alors laisser le corps et l’âme de notre amie en paix.
    Je vais préparer mon matériel et contacter les autres. Sois présent.

    Tahroy »

    Une fois sa lettre terminée, le Sacrieur l’accrocha à la patte d’un tofu et le fit partir à la fenêtre, espérant qu’elle arrive à destination.

Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.

Aller à la barre d’outils